Plus de confiance et de coopération pour une meilleure école

En France, l’enseignant doit être écouté en silence, la communication entre élèves est un parasite.

D’autres pays ont une conception différente. Ils mettent l’accent sur un enseignement où les élèves travaillent en groupe, réalisent des projets communs et où ce sont plutôt les élèves qui posent les questions aux professeurs. Notre école n’arrive pas à créer suffisamment de lien social. Elle est devenue un milieu anxiogène, une machine à trier, à classer et à diviser. Le tout pour des résultats médiocres et un creusement des inégalités.

Au-delà de l'école, le mal-être est général en France. Il se manifeste par des états de stress, des dépressions, une consommation d'anxiolytique et même des suicides beaucoup plus fréquents que dans la plupart des autres pays. Depuis l'après-guerre, la hausse considérable de notre niveau de vie ne s'est pas accompagnée d'une amélioration significative du bien-être. Ce n'est pas véritablement une surprise : des informations, disséquées par des milliers de chercheurs, de toutes disciplines, de tous pays, révèlent que le bien-être dépend avant tout de la qualité du lien social. La défiance est au cœur de notre mal. Nous souffrons d'un manque de coopération et de réciprocité. 

Il faut lire ce livre.....ou au moins le site Web très bien fait

http://www.sciencespo.fr/lafabriquedelaconfiance/